Why do witches burn?

Because they’re made of wood, like bridges, and so float on water, like churches, very small rocks, gravy, and a duck.

Chers amis, je vous partage ici mes petits secrets de scénariste. Rien de complexe en fait. Mais cette page sera aussi pratique pour que j’explique mon système à tout dessinateur pour lequel je pondrai un scénario.

Quand j’écris une page, je le fais case par case. Chaque case est séparée par un double retour à la ligne, et chaque information est sur une nouvelle ligne : description, chaque ligne de dialogue…

Exemple :

Broly et Goku avec l'épée magnétique entre les deux.
Goku: ??

Broly touche l'épée, étonné.

Vue où l'on remonte vers le ring, l'épée a un bel effet 3D.

Vue de Vegetto qui tient l'épée.

Vegetto tient ses cheveux pour faire la coupe de Gokû.
Vegetto: Hey, Broly !!
Vegetto: C'est moi, le vrai Kakarotto !

Broly s'énerve.
Broly (crie): Kakarotto!!!

Quand quelqu’un parle en deux bulles, je lui donne deux lignes de dialogue.
Un dialogue ou un bruit commence toujours par le parleur, deux points, et le texte.
Quand on veut ajouter un cadre de narration, j’écris: « Narration: bla bla bla ».

Lorsque je choisi aussi la mise en page, j’utilise un système génial.
Je l’ai piqué à René Goscinny, le meilleur scénariste de BD du monde.

Il découpe les pages de BD en 4 lignes, et 3×4 cases basiques. Comme si la planche avait 12 cases.
Et quand une case est grande, il dit quelles cases basiques ça prend (genre pour toute la largeur : case 1-2-3).
C’est super méga pratique !!!

Donc je fais pareil, en prenant pour base 3×3 cases (format manga et non BD).
Évidement, cela n’oblige pas à découper les cases en exactement un tiers, ni de s’interdire de faire des cases aux bords diagonales, etc… C’est juste très pratique pour donner une idée générale.

Voici ce que donne ma page avec ça :

Case 1-2:
Broly et Goku avec l'épée magnétique entre les deux.
Goku: ??

Case 3:
Broly touche l'épée, étonné.
Bruit: TK

Case 4-5:
Vue où l'on remonte vers le ring, l'épée a un bel effet 3D.
Bruit: ZAM

Case 6:
Vue de Vegetto qui tient l'épée.
Bruit: VVvvvv

Case 7-8:
Vegetto tient ses cheveux pour faire la coupe de Gokû.
Vegetto: Hey, Broly !!
Vegetto: C'est moi, le vrai Kakarotto !

Case 9:
Broly s'énerve.
Broly (crie): Kakarotto!!!

Il m’arrive aussi de spécifier si une case est plus grande, ou si une ligne est plus grande. Une ligne peut très bien prendre la moitié de la hauteur de la page.
Exemple :

Case 1 (petite):
Goku: Je vote pour.

Case 2 (petite):
Gohan: Moi aussi.

Case 3 (grande):
Vegeta : Non mais ça va pas ?!?

Quand j’ai des cases qui prennent exactement la moitié, j’ajoute une parenthèse le spécifiant.

Quelques exemples (j’ai enlevé les dialogues pour prendre moins de place) :

Page 181

Case 1-2-3: Broly fonce sur le groupe.

Case 4-7: Goku passe SSJ3.

Case 5-6: Broly fonce sur Goku.

Case 8-9: Broly est stoppé dans son élan par l’épée magnétique.

Page 182
Case 1-2 (moitié largeur): Broly et Goku.
Case 2-3 (moitié largeur): Broly touche l’épée, étonné.
Case 4-5: Vue où l’on remonte vers le ring, l’épée a un bel effet 3D.
Case 6: Vue de Vegetto qui tient l’épée.
Case 7-8: Vegetto tient ses cheveux pour faire la coupe de Gokû.
Case 9: Broly s’énerve.

Page 183

Case 1-2-3: Broly décolle.

Case 4-5-7-8 (moitié largeur): Vegetto passe SSJ.

Case 6-9 (moitié largeur): Broly va frapper Vegetto.

Je pense que vous avez compris le système ?

One Response to “Mise en page facile pour scénaristes”

  1. […] le script que les relecteurs et le dessinateur voient – la syntaxe est expliquée dans ce post de blog) […]

    Why do witches burn? » Blog Archive » DBMultiverse, réécritures de chapitre

Leave a Reply