Why do witches burn?

Because they’re made of wood, like bridges, and so float on water, like churches, very small rocks, gravy, and a duck.

Le Déserteur

Le septembre 2nd, 2017

Voici une comparaison des deux paroles les plus connues sur ce poème, qui ont été chantées à maintes reprises.

L’auteur original est Boris Vian, le premier interprête est Marcel Mouloudji, avec déjà des paroles modifiés.
Les deux versions ont tourné, mais la seconde semble plus connue.
Marcel a voulu des paroles plus larges et plus pacifistes, ayant parait-il aussi changé la fin, qui dans la version de Boris était aggressive (*).

Mon avis à moi, c’est que ces paroles retouchées sont surtout molles et manquent de courage, cherchant à choquer le moins de gens possible (ce qui a raté, en passant).

  1. D’abord, remplacer le président par un groupe, pourquoi pas, le président n’est pas seul à déclarer une guerre, mais « messieurs qu’on nomme grand » n’a aucun sens. Je n’ai jamais appellé des ministres grands. Des chanteurs, des aviateurs, des héros de guerre (sic) sont grands, mais des haut fonctionnaires ?… Pourquoi pas « Messieurs les gouvernants » ? On garde la rime, mais c’est p’tet pas français.
  2. Ensuite, le mot « déserter » est enlevé. Déserter était un crime puni de peine de mort. C’était donc grave.
  3. Et enfin, la fin totalement changée. D’un appel à la désobéissance, on passe à des paroles pleines d’amour. C’est également très grave l’appel à la désobéissance. Charlie Chaplin, qui fini son film « Le dictateur » sur un tel appel, ne pourra plus remettre les pieds sur le territoire américain…
Boris Vian Marcel Mouloudji mon commentaire
Monsieur le Président Messieurs qu’on nomme Grands Voir 1°
Je vous fais une lettre Je vous fais une lettre,
Que vous lirez peut-être Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps Si vous avez le temps.
Je viens de recevoir Je viens de recevoir
Mes papiers militaires Mes papiers militaires,
Pour partir à la guerre Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir Avant mercredi soir.
Monsieur le Président Messieurs qu’on nomme Grands Voir 1°
Je ne veux pas la faire Je ne veux pas la faire,
Je ne suis pas sur terre Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens Pour tuer des pauvres gens.
C’est pas pour vous fâcher C’est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise Il faut que je vous dise
Ma décision est prise Les guerres sont des bétises Voir 2°
Je m’en vais déserter Le monde en a assez.
Depuis que je suis né Depuis que je suis né
J’ai vu mourir mon père J’ai vu mourir des pères,
J’ai vu partir mes frères J’ai vu partir des frères
Et pleurer mes enfants Et pleurer des enfants.
Ma mère a tant souffert Des mères ont tant souffert On sent le mec de gauche, et aussi le mec qui a peur de la référence gore.
Sa nouvelle version est bien moins forte que l’originale.
Elle est dedans sa tombe Et d’autres se gambergent,
Et se moque des bombes Et vivent à leur aise
Et se moque des vers Malgré la boue de sang.
Quand j’étais prisonnier Il y a des prisonniers Là, le changement est mieux, car plus clair. Boris indique que le personnage a donc déjà
fait la guerre, ça complique l’histoire.
On m’a volé ma femme On a volé leur âme,
On m’a volé mon âme On a volé leur femme
Et tout mon cher passé Et tout leur cher passé,
Demain de bon matin Demain de bon matin
Je fermerai ma porte Je fermerai ma porte,
Au nez des années mortes Au nez des années mortes
J’irai sur les chemins J’irai par les chemins. Changement minime…
Je mendierai ma vie Je vagabonderai Mendier c’est moins bien perçu…
Sur les routes de France Sur la terre et sur l’onde Plus général, le monde au lieu de la France. Si tu veux.
De Bretagne en Provence Du Vieux au Nouveau Monde
Et je dirai aux gens: Et je dirai aux gens:
Refusez d’obéir Profitez de la vie Voir 3°
Refusez de la faire Eloignez la misère,
N’allez pas à la guerre Vous êtes tous des frères
Refusez de partir Pauvres de tous les pays.
S’il faut donner son sang S’il faut verser le sang Changement minime…
Allez donner le vôtre Allez verser le vôtre,
Vous êtes bon apôtre Messieurs les bon apôtres Accord avec 1°
Monsieur le Président Messieurs qu’on nomme Grands. Voir 1°
Si vous me poursuivez Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes Prévenez vos gendarmes
Que je n’aurai pas d’armes Que je n’aurai pas d’armes Que je tiendrai une arme
Et qu’ils pourront tirer Et qu’ils pourront tirer… Et que je sais tirer

(*) En 3e colonne vous pouvez voir les paroles que Marcel avait parait-il conseillé à Boris de changer. Ces propos sont confirmés et contredis par deux sources différentes. D’après moi, c’est en effet faux. Car ces paroles sont en contradiction avec le reste de la chanson, qui fuit l’aggressivité. De plus, quand la chanson a été censuré, Boris a fait une longue lettre ouverte, où il dit plusieurs fois du mal de l’acte d’aggression. On peut penser par contre que le personnage ne chercherai qu’à se défendre contre des gendarmes venus le tuer (je rappelle, desertion = peine de mort)

Sinon ensuite y’a la version de Renaud, intéressante aussi ;)

Leave a Reply