Why do witches burn?

Because they’re made of wood, like bridges, and so float on water, like churches, very small rocks, gravy, and a duck.

This is french section. Go to English version

Des années après sa sortie, j’ai enfin vu le film The Hangover (magnifiquement traduit encore une fois dans un parfait respect de l’original en « Very Bad Trip », titre donc 100% Français comme on les aime).
Le scénario de ce film est basé sur exactement la même idée, et la même trame qu’un autre film beaucoup plus vieux qui s’appelle Dude, Where’s My Car?. C’est pourquoi je vais maintenant les comparer.

La différence principale se situe dans le ton. Dude et une comédie pour adolescents attardés, complètement surréaliste, avec des gags de bas niveau et qui pourtant m’a fait énormément rire. Je l’ai vu et revu. Hangover est une comédie plus classique, avec des personnages adultes au comportement réaliste, car même s’il y a quelques excès, on reste dans un monde réel.
Du coup, vu des années après, et comme je savais de quoi le scénario aller parler, Hangover m’a fait beaucoup moins rire. Alors, il ne manque pas de passages excellents, et j’ai quand même passé un bon moment. Mais le réalisme des personnages fait que j’ai beaucoup moins ri de leur mésaventures… J’en venais même à être anxieux pour eux, ce qui je pense ne devrait pas être le but. Lorsqu’il se font frapper à coup de pied de biche par un type en furie, j’ai plutôt mal pour eux. J’ai trouvé cette scène-là anxiogène. Alors que dans Dude, lorsque les personnages se font jeter dans une poubelle, leur réaction c’est juste de se faire un check pour se féliciter d’une autre action qui s’est passée juste avant. L’absurde de la situation me fait bien plus rire, avec ses deux débiles qui s’en foutent carrément de s’être fait violenter, contrairement aux héros de Hangover se tordant sur le sol en crachant leur sang.

Petit cours de scénario par un humoriste :
La violence sur un personnage est drôle, SI:
– le personnage mérite fortement cette violence
ou
– la violence et absurde et démesurée.
Dans Dude, on est souvent dans l’un ou l’autre de ces cas, voire les deux. Dans Hangover, et bien j’ai l’impression qu’on n’est ni dans l’un, ni dans l’autre. Je suis désolé, mais la victimisation du personnage qui est gros, ça fait longtemps que ça ne me fait plus rire.

De plus si Dude commence directement au lever des personnages qui ne se rappellent pas de la veille, dans Hangover, on a toute une longue, looooongue introduction (probablement nécessaire), puis on zappe la nuit, et enfin commence la recherche des souvenirs, et la découverte de tous les délires qu’ils ont pu faire pendant cette nuit.
Délires d’ailleurs limite décevants si on les compare à ce qu’ont fait les personnages de Dude.
En tout cas, plus grand public, ce second film a eu plus de succès à l’évidence puisque ils ont fait des suites, ce qui en plus indique que ces personnages n’ont absolument rien appris du premier film.

Allez, bon visionnage !

Leave a Reply