Why do witches burn?

Because they’re made of wood, like bridges, and so float on water, like churches, very small rocks, gravy, and a duck.

Mes choix dans mon Webcomic

Le avril 12th, 2008

Ici je vais dévoiler tous mes secrets. Suivez-les et vous ferez vous aussi une webcomic suivie par un million de lecteurs par jours (ou pas).

Comme je l’ai dis dans mon post précédent, je voulais pouvoir raconter tout ce qui me passe dans la tête dans ce webcomic. Mais j’ai quand même de nombreuses limitations que je me pose moi-même, car je ne supporte pas les choses incohérentes et mal rangées, notez comme ceci est contradictoire avec ce que je viens de dire.

Format

Commençons par le plus intéressant ou presque. J’ai commencé le webcomic en « lignes » de 3 cases, suivant le principe de User Friendly. J’ai même fais un « dimanche » qui suivait le principe des comic strips américains, avec un header et deux lignes de cases. Mais très vite j’ai changé de format pour le laisser plus de liberté.

Le dessin de base est du noir et blanc. Cela permet de faire un encrage et puis c’est fini. Toute autre technique demande au moins une étape de plus.
La colorisation, même à coups de pot de peinture abusifs, prends du temps, et souvent quand j’en fais, je ne peux m’empêcher de mettre quelques ombres. Il n’y a pas de différence entre la colorisation en couleurs et celle en niveaux de gris, si ce n’est que j’ai pas à choisir des couleurs et je suis très mauvais à cela, donc je préfère les niveaux de gris.

Certains utilisent des systèmes compliqués pour cacher le nom de l’image dans un dossier non listable, afin d’empêcher des leechers dans mon genre de les télécharger automatiquement. Je m’en fous mon programme est plus puissant que ça ;) Et en ce qui me concerne, je suis ravi qu’on télécharge tout mon strip. Il est donc dans un dossier listable, et son nom est simplement le numéro du strip.

Comme je suis taré, j’ai voulu séparer les strips spécifiquement « Geek’s World » et les autres (Dragon Hell, Dead Sala Day, ou autres…). J’ai donc commencé une double numérotation.
Il m’arrive souvent d’hésiter fortement entre la rubrique « Misc », « Fan Art » et « Geek’s World » lorsque je fais un strip orienté jeu vidéo ou autre sans qu’on y voit les persos du strip. Le résultat est assez aléatoire.

J’ai dessiné sur papier tout au début, pour bien vite passer intégralement à la tablette graphique, comme Scott Adams et Brooke McEldowney. Je me ballade avec mon portable et ma tablette graphique, c’est plus efficace et prends moins de place qu’un scanner.

Les personnages

Pour moi, les personnages sont bien plus important que le scénario ou l’histoire générale. Cela vaut particulièrement dans les feuilletons (les comics strip sont souvent des feuilletons, même les humoristiques : on suit les personnages et ils évoluent un peu) et autres sagas.

Lorsque j’ai écris mon scénario, je ne savais pas encore quels personnages allaient être dedans. J’ai d’abord cumulé pleins d’idées pour voir à quoi le strip ressemblerai. Une fois beaucoup d’idées, concepts et situations rassemblées, je savais un peu (mais juste un peu, comme vous verrez par la suite) ce que le strip serai, et allait donc pouvoir choisir mes personnages.

Deux d’entre eux étaient les plus évidents.
Ray, car il venait de ma BD précédente. Personnage principal (voire unique) de la BD du journal de mon école d’informatique, il avait une bonne tête pour être le geek grasouillet, auquel j’ai ajouté une naïveté qui l’a carrément transformé en autisme inconscient du monde réel qui l’entoure.
Puis Tom, dont le physique et le profil de compétences est basé sur Tom, l’ancien administrateur système de mon école, considéré comme demi-dieu par tous. Je l’ai bien sûr aussi modifié, l’ayant squelettisé pour faire le geek sous-alimenté qui vit devant un écran dans une cave. C’est avec le temps qu’il est également devenu super intelligent.

Ensuite, je voulais placer le personnage « maître du monde wanabee ». C’est à la base une copie de Pitr (UserFriendly), Tony (Real Life), et tous les autres joyeux personnages de ce genre, que j’aime beaucoup (rire machiavélique). Son design m’est vite venu : visage saillant, barbichette obligatoire (signe du méchant, comprenne qui pourra), sourrire carnassier, et yeux rouges brillants comme Drew de Mac Hall.

Continuons. Il fallait une fille. Parce que j’allais devenir fou si je dessinais que des mecs (ce qui m’est déjà arrivé avec le C.E.D), et parce que j’avais des idées de storylines avec un mec amoureux d’une fille qui s’en fout (original…).

Enfin, il fallait un dernier perso. Je savais que quatre ne serai pas assez pour plusieurs situations, et de plus il fallait un perso « normal » pour jouer le rôle du public face aux réactions délirantes des autres.

Chaque personnage cumule des attitudes, des défauts et des qualités que j’ai piqué d’autres BDs ou de mon entourage. Mais aucun personnage n’est « telle personne que je connais » ou moi.
Sur beaucoup de points, je peux citer une influence certaine de X ou Y. Mais chaque perso est un cumul, inutile de dire « Ah ouai Ray c’est Maxime » (comprenne qui pourra).

Il n’y a donc, a part des apparitions uniques dans la partie blog-bd, aucune personne de ma connaissance représentée.

Les personnages secondaires sont arrivés souvent sur le moment. Ultimate Goodness était prévu dans le scénario de base et j’ai eu beaucoup de problèmes pour lui trouver une « forme de base », que j’ai fini par garder sur l’ange. Black Ninja est arrivé pour faire un peu d’action… et faire des ninjas.
Donut je voulais depuis longtemps, basé physiquement sur le scientifique de Jurassic Parc et un nerd de G.P.F. , il joue le rôle du linux gourou qui illumine les gens sur son passage. Sa raison d’être se limite pratiquement au strip de son apparition.
Firefox a presque été créé inutilement, car je ne trouve décidément pas de gags avec animal mignon.
Tetrisman est mon préféré. Il est complètement taré, rôle qu’aucun des autres persos ne jouait, et il en fallait un. Dick aurai pu, ils se ressemblent pas mal en fait, sauf que l’un est méchant, l’autre gentil ;) De plus, il joue aussi le fan de tetris, le dessinateur de sprite comics, et celui d’un couple normal avec sa copine.

Les méchants qui ont été créé (même si Dick est méchant en fait) l’ont été pour des raisons scénaristiques. Le plus important quand on les fait est de leur donner de la classe, c’est utile pour donner du poids à leur actions.
Par exemple il faut que BoB ait vraiment l’air totalement invincible. La MS Girl doit être très evil.

Storyline

Au début, je n’avais que des gags indépendants, entrecoupés de temps en temps par des storylines.

Avec ma storyline de plus d’un an sur les attaques de la W.C. et la fuite de la W.C., je m’en suis retrouvé à faire des sous-storylines. Un suivit aussi long n’est pas une bonne chose pour garder les nouveaux lecteurs, mais ca permet de continuer à accrocher les anciens lecteurs.

Les histoires ont pleins d’avantages.
Déjà lorsque je n’ai pas de gag, je peux faire un strip « action », qui satisfera également le lecteur. Pire il y a le strip suspens : finissez le strip par une révélation ou la promesse d’un futur évènement choquant, et le lecteur sera également content.

Ensuite, elles donnes des idées. En plaçant les personnages dans un train, dans une voiture, à la plage, etc. des idées me viennent. Les personnages et la situation étant bien déterminés, il arrive que l’histoire s’écrive d’elle-même. (exemple)

Enfin, c’est l’occasion pour moi de faire les délires que je veux et avancer le background de mes persos.

Pourquoi je ne suis jamais en avance

Lorsque je prends de l’avance, je la perds automatiquement dans les jours qui suivent, pour l’une des raisons suivantes :

  • Soit je profite de mon « temps libre » pour avancer d’autres de mes projets pendant le temps que j’aurai pris à dessiner un strip la veille. Rarement je dessine un strip pour dans une semaine, alors que j’ai d’autres trucs en retard.
  • Soit, voyant que j’ai plus de temps devant moi, je prends plus de temps à faire le strip ! Cela peut être ajouter de la couleur, voire ajouter des cases ou les chiader beaucoup plus (décors, etc.)

Donc toute avance que je prends, ce qui arrive parfois, est vite annulée.

Je dirai même plus, mes retards ont la tendence à ne jamais dépasser deux heures. Les lecteurs « de minuit » savent quand ils ne voient pas le strip qu’il a 50% de chances d’arriver à peu près à une heure du matin, et 40% d’arriver à 2 heures.
Plus je suis à la bourre, et plus je bacle le strip, des fois j’échange de place des scénarios voire en invente un sur le moment, pour en faire un simple à exécuter.
Alors arrivent des copier-collers plus nombreux, des positions de persos que je rate, laissées ratées, l’encrage arrache, etc.
j’ai récemment testé le strip non encré, et cela n’a dérangé personne, j’en suis même déçu.

Bon, c’est tout ce que j’ai à dire pour le moment.

Edit 2009 : maintenant que tous les strips sont coloriés par Faye, les retards d’une heure sont absents. Soit je sais que je n’aurai pas le temps et je prépare le DSD, soit je suis totalement à l’ouest (souvent, vraie vie sur-bookée) et j’oublie la mise en ligne.

Leave a Reply